Entretien: Général Mathurin Bangoura, président du CIK « à l’allure ou les choses vont dans notre championnat, j’avoue que la Guinée n’est pas prête à professionnaliser son football »

by Kolazine / il y a 41 mois / 0 Commentaires
#

Dans un entretien à chaud, que le président du CIK nous a accordé ce vendredi, Mathurin Bangoura, nous a parlé des coulisses de son club, des journalistes sportifs et du sponsoring de CIK par la CBG. Lisez plutôt !

Monsieur le président, on apprend l’intérêt manifesté de la CBG par rapport au CIK, dites- nous comment ça se passe ?

Vous savez depuis mon arrivée, j’avais beaucoup insisté sur cet état de fait, c'est-à-dire les unités industrielles vont prendre les clubs de leurs localités comme dans les autres pays, donc c’est dans ce cadre que nous avons écrit à cette société, parce que le CIK évolue là, et la CBG nous a répondu favorablement de nous sponsoriser même si la fédération a son sponsor leader, cet appoint nous permettra d’amortir les dépenses du CIK.

Est-ce que pour prendre le devant, par rapport à la fédération qui envisage de passer à un championnat professionnel ?

Vous savez, quoi qu’on dise, à l’allure où les choses vont dans notre championnat, j’avoue franchement que la Guinée n’est pas prête à professionnaliser son football, car l’un des vecteurs sûr pour le développement du football, c’est la presse. Mais malheureusement, elle est affiliée aux différents clubs de notre championnat, donc par ricochet les journalistes ne diront jamais les vrais problèmes qui assaillent notre football, ensuite si les matchs sont truqués pour un club au détriment des autres clubs, c’est grave pour le football guinéen

Les gens disent que la CBG vous a donné de l’argent. Est-ce que vrai ?

Ce que je sais, la CBG nous a demandé de faire notre projet financier, c’est ce que nous avons fait, mais pour autre chose je n’en sais rien d’abord, on a estimé l’enveloppe à plus de 500 000 000 millions de francs guinéens, car chez nous on paye les joueurs de 2 000 000 à 1 300 000 de francs guinéens mensuellement, la subvention de la fédération ne vient jamais à temps, nous sommes à deux journées de la fin du championnat national de football.

A deux journées de la fin du championnat votre coach est parti, dites nous les raisons…

Ce que les gens ne comprennent pas, il y a un contrat d’une année qui nous lie qui arrive d’ailleurs à terme, mais son départ est lié cette fois- ci à la maladie de sa maman, Carlos ne voulait même pas partir, mais il a été harcelé par sa famille qui a précipité sa rentrée en Europe. C’est ça les vraies raisons de son départ.

Envisagez- vous de faire venir des étrangers au sein du CIK ?

Nous travaillons pour rehausser le niveau de notre club, envoyer des expatriés dans un championnat qui tourne en rond avec des situations qu’on voit dans nos compétitions, l’année passée on a vu le Satellite FC à deux journées perdre le titre mais dans quelle condition et cette année c’est entre l’A s Kaloum et le FC Séquence, donc ça n’encourage pas de faire venir des étrangers, nous suivons l’émulation pour recruter sur le plan local, avant de penser a d’autres pays.

Qu’en est-il de votre académie ?

Franchement, j’avoue que le chantier est arrêté à cause des dépenses imprévisibles dus aux charges du club que j’ai pris après le lancement de cette académie, donc cela a beaucoup pesé sur ce centre.


Amadou Labaya Camara
664748489/628143616


Commentaires

Aucun commentaire pour le moment. Publiez le votre !

Laisser un commentaire