L’arrangeur Maika Mouna a Conakry « Je suis en Guinée pour soutenir le peuple de Guinée à ma manière »

by Kolazine / il y a 99 mois / 0 Commentaires
#

Originaire de RD Congo, producteur, arrangeur et promoteur de musique, Maika Mounane, a récemment séjourné à Conakry dans le cadre du soutien à la population dans la lutte contre Ebola. Dans cette logique, il a arrangé six artistes guinéens qui ont participé à la réalisation d’un single composé pour la riposte contre la fièvre hémorragique à virus Ebola. Il s’est prêté aux questions de notre reporter…
Comment devient-on arrangeur?
J’ai évolué essentiellement en France avant de nouer contact avec le groupe de RocheroTabuley, WénguéMusica, Koffi Olomide, FalyIpupa, Papa Wemba avec lesquels j’ai longtemps collaboré en RD. Congo Dans la capitale française, j’ai travaillé entre autres avec Manu Dibango, Salif Keita, Gnonas Pedro et tant d’autres. J’ai travaillé aussi en Afrique du sud avec Brenda Fassie. C’est en ce moment que j’ai pris conscience de la dimension panafricaine de la musique.
Est-ce possible de parler de la musique congolaise sans Koffi Olémidé?
J’ai fait beaucoup d’albums avec Koffi. En fait, on peut dire que j’ai arrangé les 90% des albums de Koffi Olémidé. Il est un grand artiste panafricain qui a à son actif jusqu’à 20 albums de grands succès. Ce n’est pas fréquent.
Peut-on connaitre les raisons de votre visite en Guinée ?
Je suis venu encadrer six artistes guinéens sélectionnés suivant des critères bien définis pour leur participation à l’élaboration d’un single contre Ebola. Ce sont : Oumou Dioubaté, Doudou Beny, les Jumeaux Damaro, Aicha koné, Bras Cassé et Mory Djelly Deen Kouyaté. Nous travaillons aussi sur un projet gigantesque de production d’albums collectif et individuels pour chacun de ces 6 artistes.
A quand ces produits verront le jour ?
Mon souhait a toujours été de commencer ce travail dans les meilleurs délais. La culture et la musique en particulier est une production de l’esprit humain. Elle a ses racines dans un endroit où il faut prendre le maximum d’éléments pour la valoriser et faire en sorte que l’on puisse garder son âme et son originalité. C’est pour cette raison que tiens à ce qu’on réalise ce single ici en Guinée, dans une période relative courte.
Quel regard portez-vous sur la culture guinéenne ?
Je vous assure que la Guinée est un grand pays de culture et la preuve a été toujours faite. Je crois sincèrement que la Guinée est un pays modèle. Dans ce pays, il est rare de voir des noms comme Jean-Marie, Augustin… mais des noms authentiquement africains. La Guinée a une identité culturelle qui trouve son origine dans la révolution culturelle de l’aube des indépendances. La jeune génération n’a plus qu’à profiter des progrès réalisés par les anciens.
La Guinée est isolée par certains pays en raison d’Ebola. Qu’en dites-vous ?
Je suis singulièrement solidaire de la Guinée. C’est l’une des raisons pour laquelle je suis arrivé en Guinée. Vous n’êtes pas sans savoir que cette épidémie a commencé dans mon pays, le RDC. Mais, il y a eu de cette maladie un traitement jusqu’aujourd’hui que je qualifie de tragique de la part de la communauté internationale.
Quelle stratégie comptez-vous utiliser pour accompagner le peuple de Guinée dans sa lutte contre Ebola ?
C’est la musique mon arme ! Nous avons enregistré déjà à Paris des singles avec 40 artistes étrangers dont une dizaine de Guinéens vivant en France. Ce single sera officiellement disponible le 8 décembre prochain sur le marché mondial. Un dernier mot
Je dirais au Guinéens qu’Ebola sera vaincu. Tous ensemble nous allons isoler Ebola mais jamais le pays.
Propos recueillis par RouguiCissé







Commentaires

Kolazine


Kolazine, ... là où les cultures dialoguent.