COP21: Des pays de l’Afrique de l’Ouest et Centrale, restes unis à Paris

by Kolazine / il y a 101 mois / 0 Commentaires
#

Très inquiets de l’évolution des choses à Paris, certains pays de l’Afrique de l’ouest et de l’Afrique centrale, représentés en grande partie par leurs Ministres de l’Environnement, se sont retrouvés à deux jours de la clôture de la COP21, ce mardi, 08 décembre dans le pavillon de la Cote D’Ivoire.
Objectif, discuter sur la position de l’Afrique dans l’accord de Paris et avoir des nouvelles de différents négociateurs de l’Afrique. « c’est par rapport à la position de l’Afrique dans ces négociations et plus précisément de savoir ce qui est retenue pour l’Afrique dans l’accord de Paris que nous nous sommes retrouvés. Aujourd’hui, il nous reste deux jours par rapport aux négociations et nous avons nos représentants dans le groupe des négociateurs. Mais au dernier moment depuis le dimanche, on n’a pas leurs comptes rendus par rapport au niveau des négociations et nous ne voulons pas qu’on soit mis devant les faits accomplis». S’inquiète madame le Ministre de l’Environnement, des eaux et forets de la Guinée Conakry.
« Nous avons parlé de ce que nous devons réellement avoir dans cet accord. Par exemple le fond vert, ici nous devons vraiment nous assurés comment on peut l’obtenir facilement ? Comment on doit le comprendre et le maitrisé nous-mêmes? Et par rapport aux énergies nouvelles et renouvelables, nous voulons savoir quel montant va être alloué à l’Afrique dans ce domaine. Aussi, Nous sommes revenu encore sur le renforcement des capacités que nous trouvons fondamental, d’ailleurs moi j’ai beaucoup insisté la dessus». Explique madame la Ministre. Avant de rappeler: « On n’a travaillé sur les contributions nationales où chaque pays a exprimé ses engagements et ses attentes. Moi je pense qu’on ne doit pas mettre ces engagements de coté. On doit exploiter ces contributions en profondeur pour que l’accord qui sortira de Paris, soit un accord qui reflétera des vœux de tous les pays ».
Pour Baillo teliwel Diallo, le président du comité interministériel de la Guinée pour la COP21, les choses devraient être maintenant claires: « la cop21 arrive à un point crucial de son évolution. Il faut qu’on arrive maintenant à un document où les choses vont être clairement dites et les engagements des uns et des autres définis de façon contraignante pour toutes les parties ». propose le président du comité. Avant de s’indigner: «Hors il se trouve que lorsque de telle question se pose, que certaines parties essayent de grouiller les cartes et de faire en sorte que l’engagement ne soit pas contraignant ou quantifié de façon précise».
Il faut rappeler qu’avant cette réunion, la Guinée était déjà passée devant les Nations Unies, pour exprimer ses engagements et ses vœux, par rapport à cette Cop21. Il ne reste plus qu’à attendre l’issue des négociations pour connaitre son sort. En tout cas, la conférence se poursuit jusqu’au11 décembre.
Mamadou Samba Bah : Envoyé spécial depuis Paris pour KOLAZINE.COM







Commentaires

Kolazine


Kolazine, ... là où les cultures dialoguent.