Interview : Kara Lyon, créateur de la marque YADANGER : « Mon objectif, est que ce made in Guinea soit sur la scène internationale »

by Kolazine / il y a 46 mois / 0 Commentaires
#

Kara Lyon de son vrai nom Aboubacar kara Camara, est un jeune mannequin, acteur de cinéma et artiste-chanteur guinéen. Depuis quelques semaines, Kra Lyon s’est lancé dans l’entreprenariat en créant sa propre marque de vêtement qui s’appelle "Yadanger". C’est bien dans cette optique que notre rédaction est allée à sa rencontre. Dans une interview qu’il a bien voulu nous accordée, le fondateur de "Yadanger", nous parle principalement de cette marque. Lisez !

D'où vient cette idée d'avoir pour nom de marque "Yadanger"?

À la base, ce n’était pas prévu d'en faire une marque, non. C'était juste un slogan que j'ai eu a développé sur les réseaux sociaux, comme j'aime souvent à le faire. Exemples: réinitialise ton esprit, imalala, insécurité... Mais de tous mes slogans, "Yadanger" a eu plus d'ampleur et avec le temps, j'ai fini par réaliser que je pouvais en faire une marque de vêtements. Parce que ce nom était très familier à mes fans et à toutes ces personnes qui me suivent. Ça pouvait donc faciliter une large communication.


Le mot "Yadanger", suscite généralement la peur, dans quel contexte toi tu l’utilise?

Comme je l'ai dit précédemment, c'est un slogan, plus loin c'est une exclamation que moi j'emploie au sens figuré. Exemples : quand je vois une belle fille très sexy, au lieu de dire elle est belle, moi je dis yeah il y'a danger. Quand je vois une voiture que je ‘’kiffe’’ grave, dans mon langage, je dis il y'a danger. Bref, c'est une exclamation qui décrit une situation présente.

On a eu le temps de voir toutes tes tenues, au-delà de la beauté du logo de la marque, il y'a eu une vraie création, d'où vient cette inspiration ?

L'inspiration c'est toujours Dieu, c'est tout ce qu'on voit, tout ce qu'on vit, tout ce qu'on sent. Comme vous pouvez le remarquer, je suis plutôt entre la teinture, la peinture, bref, les couleurs. Un jour, j'ai vu une des photos du fils de will Smith, jadden Smith, un artiste dont je kiffe les délires d'ailleurs. Il portait un pantalon, entièrement cousu de tissus pêle-mêle que j'ai beaucoup adoré. Après moult réflexions, je me suis dit que je pouvais faire mieux que ça. C'est ainsi que cette idée de teinture m'est venue en tête et je l'ai essayé avec maître samba, mon collaborateur. Le résultat était top. Mais sauf que là, ça n'avait rien de business et je voulais juste me faire plaisir. C’est suite à cette expérience, que j'ai acheté des vêtements avec mon ami, Williams, qui me soutient toujours. On les a ‘’salis’’ avec la peinture et le résultat était de plus en plus impressionnant. Dès lors, j’ai décidé de commercialiser le produit, afin de montrer au monde mon génie créateur. Je voudrais aussi que les gens sachent, qu’il n'y a pas que du lepi, de la forêt sacrée ou encore du kendeli. Certes la tradition doit rester, mais on doit se la surpasser pour être en mesure de concurrencer les autres designers du monde. Ça n'a rien de miraculeux, il faut juste viser loin et avoir la volonté de pouvoir changer les choses. Vousn’ imaginez pas combien de fois la teinture peut habiller.

Quels sont tes projets futurs ?

Faire plus de productions et faire porter ma marque de vêtement partout dans le monde. Que tu sois blanc ou noir, français ou américain, guinéen ou ivoirien, mais que tu sois obligé d’approuver une réelle sensation pour cette marque. C’est ça mon objectif, que ce made in Guinea soit sur la scène internationale. C’est pourquoi, je sollicite le soutien de tout un chacun, pour atteindre cet objectif, afin de vendre positivement, l’image de la Guinée.

Egalement, quand j’aurai plus de moyens, mon ambition est de mettre une usine de textile en place, c'est bien possible.

Votre dernier mot?

J'ai plus qu'un mot à dire ‘’rire’’. Je l'ai créé, mais c'est nous qui allons le développer. Yadanger pour toi, Yadanger pour tout le monde.

La rédaction







Commentaires